casinos en ligne fiable & ok 2018

Une autobiographie du DevilFish prévue pour septembre

Dave Ulliott : une vie digne des grandes productions hollywoodiennes

 Dave Devilfish est probablement l’un des plus grands joueurs de poker britanniques de cette dernière décennie. Par rapport à tous ses semblables, il émerge du lot, ne serait-ce qu’à travers son look sur les tables : Dave ne se sépare jamais des grosses bagues à son effigie pour tous ses face à face. Il se démarque également par l’agressivité de son jeu. Serait-ce la signature de son jeu ? Il nous en dira plus dans cette autobiographie à venir de 384 pages. Jusque-là,  rien de vraiment excitant. Mais une fois décortiquée, la vie de Dave Ulliott est digne d’être le scénario d’une grande production hollywoodienne. Tarantino aurait surement voté oui ! Certains pourraient qualifier cette existence d’exaltante, d’autres la trouveraient plutôt tumultueuse. Quoi qu’il en soit, son parcours est loin d’entrer dans les bonnes mœurs.

En ce qui concerne son parcours en tant que joueur de poker professionnel, Dave aurait bien pu fréquenter les casinos depuis bien longtemps si l’âge lui avait permis, car le poker, il l’a dans le sang, et ce, depuis l’enfance. Ceci lui vient de ses parents qui lui font découvrir le jeu assez tôt. Enfance oblige, Dave fréquentait l’école comme tous les jeunes de son âge, mais la  quittera précocement à l’âge de 15 ans.  Par la suite, il  commence à travailler et se fera renvoyer en manquant une journée de besogne  au profit des paris hippiques. Sa vie a été ponctuée de vol, de craquage de coffre-fort, de séjours en prison et d’un projet de braquage de banque, qui, soit dit en passant, n’a pas abouti. Laissant ce monde derrière lui après son second mariage, il décidera de s’adonner au poker. Il n’investit pas encore le casino, mais se contente de jouer dans des tournois privés où il rafle systématiquement les gains.

Dave Ulliott et le poker : l’apothéose

Ainsi donc, Dave Ulliott s’est depuis longtemps entiché de la passion du poker et est devenu, en grandissant, un véritable génie en la matière. Un talent qu’il a su prouver dans diverses parties dans les arrières boutiques de son quartier. Conscient que cette virtuosité peut lui rapporter gros, Dave décide un jour de quitter Upon Hull, sa ville de naissance et de se rendre à Londres pour pratiquer le poker dans un cadre beaucoup plus formel. Il commence alors à jouer régulièrement dans des parties privées. Il y note un niveau de jeu supérieur au sien, mais n’a aucun problème à  se mettre à niveau. Son ambition monte alors d’un cran et Dave fait cap sur Las Vegas où il affrontera dans le cadre d’un tournoi régulier Men Nguyen, surnommé The Master. Ce pseudonyme en dit déjà long sur le personnage.  Dave Ulliott domine le face à face et gagne le surnom de Devilfish. Et là commence la légende !

Tout semble sourire à ce joueur chevronné. Les victoires et les gains s’enchaînent. Parmi ses palmarès, Dave Ulliott est sacré vainqueur du  2000 $ Hold’em Pot Limit du World Series Of Poker de 1997. Il gagne le bracelet et 180 000 dollars. Ensuite, le Devilfish s’impose face à Phil Ivey au cours du premier volet du World Poker Tour et finit également à la troisième place du Five Diamond Classic, le plus huppé des tournois du World Poker Tour. Sa dernière victoire remonte à 2009 lorsqu’il remporte le titre de vainqueur de l’Euro Finals of Poker 2009. Et encore, ce n’est qu’une partie de la liste de ses succès. Au-delà du poker à proprement parler, cette  réputation de légende est à associer avec la personnalité « délinquante » du personnage. C’est le tout qui fait du Devilfish une véritable légende du poker, une légende charismatique. Pour mieux savourer le chemin qu’il a parcouru, le mieux serait de vous procurer prochainement son autobiographie : « The life and times of a poker legend » qui sera publié par Penguin Books à partir du 09 septembre prochain.

Les autres articles a voir aussi

Laisser un commentaire