casinos en ligne fiable & ok 2018

STANLEY HO

Stanley Ho, né à Hong Kong le 25 novembre 1921, est un personnage intrigant.

Multi-millionnaire, quatre femmes, 17 enfants, Stanley-Ho a régné pendant longtemps en maître dans l’empire du casino à Macao. Pendant près de 40 ans, il a obtenu du gouvernement chinois le monopole du secteur du jeu. En 1999, après que le Portugal rètrocède Macao à la Chine, la porte s’ouvre pour les investisseurs étangers. On voit alors s’implanter des géants des casinos, tels que Wynn Resorts, Las Vegas Sands ou MGM Mirage.
Mais la lutte financière qui oppose Stanley Ho et les opérateurs étrangers se base sur deux conceptions différentes. Les américains misent sur un tourisme de masse alors que Stanley Ho privilégie les « gros joueurs », les « vrais joueurs ».

La famille de Stanley, les Ho Tung, était l’un des clans les plus influents de Hong Kong. Mais à 13 ans, son père fait faillite suite à un crash boursier.

Jeune, Stanley Ho Sung Hun fut le premier étudiant à bénéficier d’une bourse d’étude pour rentrer à l’université de Hong Kong. Sa faculté à maîtriser les langues étrangères lui permette rapidement d’intégrer et d’évoluer dans une société d’import-export japonaise.

Rapidement, Stanley Ho, surnommé le « roi du gambling », investit dans diverses sociétés et devient le propriétaire de plusieurs établissements de jeux, d’hôtels, de centres commerciaux, de divertissements.
Il a également financé des bourses d’étude afin d’encourager les jeunes à poursuivre leurs études supérieures.

En quelques années, Stanley devient l’un des hommes les plus riches d’Asie.
Bien qu’après 2001, la concurrence avec les investisseurs étrangers soit rude, son réalisme économique, sa parfaite connaissance de l’univers du casino, lui permettent de faire malgré tout des plus values spectaculaires.

A 88 ans, cet homme à qui on a associé des liens avec les triades, n’a pas fini de faire parler de lui, d’autant plus que sa succession est sujette à beaucoup de polémiques.

Les autres articles a voir aussi

Laisser un commentaire