casinos en ligne fiable & ok 2018

Les psychiatres s’inquiètent des impacts des jeux en ligne

L’apparition du phénomène d’addiction aux jeux en ligne

Selon un communiqué de l’ordre des psychiatres sorti le 5 juillet dernier, le nombre des parieurs français à problèmes est estimé à 600.000. Notons à ce propos que les sites étrangers prennent le devant en ce qui concerne les préférences des joueurs. En espérant éradiquer le phénomène des sites illicites et diminuer la propagation des joueurs à problèmes, la Française des jeux décide d’autoriser la mise en ligne des paris sportifs et du poker. Cette mesure n’a guère enchanté les psychiatres qui craignent une augmentation encore plus grande de leurs patients. Contrairement à la politique des autres pays, la France dispose d’un centre spécialisé basé à Nantes et ayant pour objectif de contrôler les victimes avec une base de données très précise. Par rapport aux Etats-Unis et les autres pays de l’Europe, les Français ne sont pas encore dans la liste rouge mais les risques de l’étendue du danger sont énormes. Afin de mesurer les menaces des jeux en lignes, les psychiatres avancent leur interprétation des faits.

Les explications des psychiatres sur les impacts des jeux en ligne

Les psychiatres voient les problèmes de la dépendance au jeu comme une véritable drogue. Vers les années 70, un dénommé Claude Olinvenstein, psy des toxicomanes avec ses successeurs ont avancé une théorie comparant les problèmes de la toxicomanie à la dépendance aux jeux. Avec les jeux en ligne, le joueur est plus difficile à retenir car il ne détient aucune contrainte sociale ou par rapport à des horaires des casinos. Selon leur vision, une personne peut facilement arrêter la drogue et le jeu mais il en est de même pour la rechute. En effet, celle-ci peut retomber facilement dans la tentation de rejouer et de plonger dans une grande difficulté financière et sociale. D’après les études effectuées par les psychiatres, on distingue trois catégories de joueurs. Tout d’abord, ils classent ceux qui considèrent le jeu comme une drogue sans laquelle ils ne peuvent subsister. Ces derniers ont atteint un stade où ils doivent se méfier car ils s’approchent du déboire. La deuxième catégorie englobe les joueurs qui cherchent un refuge dans le jeu après des moments de tourments. Enfin, les personnes qui ne jouent qu’occasionnellement sont regroupés dans la troisième catégorie. Toutefois, il existe des thérapies efficaces pour soigner chacun d’eux en temps voulu.

Les autres articles a voir aussi

Laisser un commentaire