casinos en ligne fiable & ok 2018

Prémices de la machine à sous – histoire

La machine à sous est par définition un appareil électronique qui génère des gains grâce à une combinaison gagnante. C’est un fanatique de mécanique qui a inventé la première machine à sous, il s’agir de Charles August Frey, qui a conçu sa première machine à rouleau la Liberty Bell en 1899 et déposa par la suite le brevet d’invention en 1905, il s’est déjà mis à l’exercice quelques années plutôt, ses premiers essais remonte à 1895 lorsqu’il commença la construction des machines à sous. Fey était grandement influencé par l’abondance de roulettes automatiques à San Francisco, et les prémices étaient avec une machine à un disque rotatif Horseshoe. En 1896 il monta une société spécialisé dans les machines à rouleaux, qui était destinée au départ de fournir des pièces mécaniques pour une société spécialisée la « California Electric Works Company » de Gustav Shultze un grand fabricant de MAS aux Etats-Unis.

En 1895 Fey a crée une première machine avec trois cadrans concentriques et la combinaison maximale rapportait 5$ inspirée de la loterie populaire, et c’est ainsi qu’il a consacré une grande partie de son temps à fabriquer des roulettes qui étaient limitées au niveau combinaison et payement, d’où son idée de mettre en place une nouvelle machine à trois rouleaux et c’est en 1898 que la Card Bell a vu le jour vite modifiée en 1899 par la Liberty Bell.

Cette machine à rouleau étaient plus petite, toute en métal avec des rouleaux et sur chacun on trouve des figures comme la cloche de la liberté, le fer à cheval, le carreau, l’As de pique et le cœur. Avec dix arrêts par rouleau, elle offrait des milliers de combinaisons possibles alors que la machine à roulettes ne permettait qu’une centaine, ce qui a paru une révolution en matière des jeux à l’époque. Cette machine a connu un succès fulgurant jusqu’à les années 1920, par la suite la prohibition interdit alors ce genre de machines qualifiées de démoniaques par les associations et les législateurs, mais le principe est maintenu par Mills, un fabriquant concurrent qui a eu une idée de génie en 1910 et qui a assuré la survie des machines à sous en ajoutant aux machines un distributeur de bonbon, les machines ne sont plus que considérées comme un vulgaire distributeur, mais en même temps, Mills change les symboles sur les rouleaux : citron, orange, cerise, prune, dans un rappel aux goûts des bonbons, qui viennent remplacer les as et fer à cheval alors que seule la cloche fut maintenue dans un hommage à l’inventeur. Ces symboles resteront l’héritage sacré de cette époque, seul le melon apparaîtra plutard et ce à partir de 1948 avec la « Melon bell » de Mills et depuis on retrouve les symboles des fruits sur les machines à sous. Les révolutionnaires machines mécaniques ont fonctionné jusqu’à 1963 avant d’être remplacées par la machine électromécanique de Bally puis les machines à sous vidéo dans les années 80.

En France, les machines à sous étaient introduites en 1986, pour être plus répandues en 1992, et depuis elles ont supplanté les autres jeux de casinos surtout qu’elles représentent 90% des recettes des établissements de jeux de hasard.

Les autres articles a voir aussi