casinos en ligne fiable & ok 2018

Escroquerie sur internet

A notre époque, l’évolution de la nouvelle technologie est devenue l’une des phénomènes incontournables de la mondialisation. Dès la vulgarisation de l’Internet à travers le monde, tout se fait sur Internet même le transfert d’argent, l’achat d’un tel ou tel produit (vêtements, meubles, téléphones, …),  le recherche d’emploi, le compte bancaire sur Internet,…  Ces derniers temps toutes formes de fraude ont été donc découvert par l’autorité compétente plus précisément la gendarmerie nationale française  y compris le piratage, l’usurpation d’identité, l’espionnage  qui étaient les plus courant.  Sans oublier  l’escroquerie par des faux mails. Elles ont interpellées plus de 700 internautes victime de cet acte.

Notons qu’il est difficile pour les gendarmes de les détecter car les victimes éprouvent une honte et se sentent même stupide d’avoir été duper. Parfois, elles n’osent pas se présentées au niveau de l’autorité judiciaire pour enfin d’abord sanctionner les escrocs et ensuite lutter contre ce fléau. Juste un conseil, la prudence est recommandée dès qu’on est connecté sur Internet. La condamnation prévue par la loi pour ce litige est de quatre ans de prison ferme, mais cela dépendra du montant extorqué aux victimes.

Pour les escrocs, la cybercriminalité s’avère avantageuse, rentable et sans risque que le trafic de drogue du fait qu’ils ont facilement l’accès sur Internet par les réseaux sociaux. Ainsi, les entreprises et les administrations ont organisé un forum au niveau national et international pour pouvoir enfin lutter contre la cybercriminalité qui leurs touchent généralement. Heureusement pour eux, l’Union Européenne soutienne cette lutte qui a été initié par la gendarmerie nationale depuis 2007. A partir de cette année, la gendarmerie nationale a pu arrêter quelques escrocs.

C’est le cas d’un jeune homme d’une trentaine d’année vivant dans la banlieue rennaise qui agissait sur Internet à partir d’un site de petites annonces d’occasion, le boncoin.fr. Selon l’enquête, il aurait escroqués une trentaine de personnes en achetant du matériel high-tech à plus bas prix et ensuite les revendre au nom d’une grande entreprise de sonorisations et cet achat se fait sur Internet. Ainsi, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Strasbourg à quatre ans de prison ferme et une amande de 51 000 euros à chaque victime.

Les autres articles a voir aussi